Aimez notre page
Suivez nous sur



École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
S’améliorer en changeant
Découragée

S’améliorer en changeant

Je n’y crois pas et j’en n’ai pas la motivation,  j’ai peur du changement. Et si changer ses habitudes et sa façon de voir les choses étaient pour le mieux? Mais sans motivation et objectif, on ne va pas très loin dans la vie. L’important, c’est de s’aimer en tant que personne et surtout, avant de s’ouvrir à quelqu’un d’autre! C’est aussi de bien vivre avec ses défauts et d’être fière de ce qu’on accomplit.

Mon père, qui me connaît sûrement plus que moi-même, voit ma peine, sait que je suis triste et déçue de la personne que je suis. Il sait le poids énorme que je me mets sur les épaules et que j’ai de la difficulté à supporter des situations, j’ai la mèche courte. Je n’ai pas la motivation de voir la lueur du jour, je suis découragée et ça fait que je ne m’aide pas moi-même. Je change, mais pas de la bonne façon, la Maïa positive : elle est où?

Mon père aura souvent raison, pas toujours, mais souvent et c’est lui qui m’a fait réaliser que je ne suis pas heureuse de la personne dont je suis (ça, ce n’est pas vrai, je le savais, mais on nit la vérité par peur).

Je suis celle qui veut sauver la planète en oubliant la mienne, en oubliant mon monde qui dépend de ma personnalité. Lorsque mon père me parle de changements d’habitudes, j’ai cette grosse boule toute sèche qui vient s’installer au fond de ma gorge, celle qui me fait réaliser que je suis en train de parler à mon père de moi qui doit changer. Eh oui, certains vont se dire : « Il ne faut pas changer, mais s’améliorer Maïa ». Oui, je suis d’accord avec vous, c’est vrai, mais je le perçois si gros que ça devient un changement.

Et juste de parler d’une modification que je pourrais apporter à ma journée de demain afin de prendre soin de moi me rend anxieuse, moi? Changer? Non, ça ne se peut pas, je n’y arriverais pas, ça fait déjà deux ans que j’ai forgé la Maïa dont je suis, j’ai mon caractère. J’ai tendance à m’oublier, trop souvent, par pur réflexe, donc s’occuper de soi : comment on fait ça? Je pense trop pour me permettre un moment calme, déconnecter de la vraie vie. Imagine à 25 ans de quoi j’aurais l’air? Déjà des cheveux blancs remplis de stress? Nenon, je ne peux pas me permettre cela! Je dois me prendre en main et chan… m’améliorer!

Pour affronter cette peur de devoir s’améliorer en changeant nos habitudes et en prenant soin de nous, nous avons besoin de support. C’est difficile, mais très correct. On ne veut pas nécessairement déranger nos parents ou bien nos amis… mais le support est si important!!

C’est correct d’avoir des phases que ça va moins bien, c’est correct, tout le monde en a, donc pourquoi ne pas l’accepter et foncer dedans avec notre force intérieure?

Maïa

Maïa Rousseau-Robert

Je m'appelle Maïa Robert, j'ai 16 ans et je suis en 5e secondaire. J'ai été une personne autonome dès mon très jeune âge. J'ai un fort caractère, une facilité pour la communication et j'aime aider les autres. Je suis déçue de la société dans laquelle nous vivons. J'ai confiance en moi, je n'ai pas peur du ridicule et je trouve que plusieurs autres filles devraient être ainsi. Si je pouvais les aider à avoir une estime en soi plus grande en leur montrant comment je vois cette situation, ça me ferait un plus grand bonheur. J'ai une grande maturité pour mon entourage et c'est un défi qui m'affronte souvent, socialement.

Maïa Rousseau-Robert - École secondaire Augustin-Norbert Morin