Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Ma santé, ma priorité
Découragée

Ma santé, ma priorité

Eh lala, déjà 2019 qui vient de faire son entrée. Évidemment, quand on parle d’une nouvelle année qui commence, on fait tout de suite référence aux fameux « partys » de famille et aux abondants vœux du temps des fêtes auxquels on a eu notre dose.

 

Cette fameuse phrase que l’on souhaite à tous : « Bonne année, santé, bonheur et amour au rendez-vous en cette nouvelle année! » Ah la santé, j’en souhaite à tous, on me le souhaite en retour aussi, mais est-ce que j’en prends réellement conscience?

 

Vous savez, ces derniers temps, j’ai eu divers événements qui me l’ont fait mieux comprendre cette chance que l’on a d’être en santé. J’ai réalisé qu’il fallait l’écouter notre corps quand il nous envoie des signes. Ne pas attendre qu’il soit trop tard et que l’on perde tout l’équilibre dans notre quotidien.

 

Le corps humain a ses limites et lorsque ça m’est arrivé, je crois que ce fut l’élément déclencheur du trop-plein qui s’accumulait en moi. Je m’en étais beaucoup mis sur les épaules. J’ai une part de responsabilités dans ce qui m’est arrivé, du point de vue que j’aurais dû faire attention à moi-même. J’aurais dû, mais je l’ai banalisée, cette santé! J’ai banalisé le fait qu’en m’en mettant beaucoup sur les épaules, mon corps allait d’une façon ou d’une autre en avoir des conséquences.

 

Mais j’ai appris, appris que cette santé, elle est fragile. C’est aussi lorsque dans votre entourage, on la vit cette perte d’équilibre, cela a un impact très fort. Je trouve ça difficile lorsque ce sont des personnes que j’aime qui en subissent les conséquences de la santé. On dirait que le fait de voir une situation de l’extérieur me l’a fait vivre en profondeur. Quand j’ai moi-même eu ma mésaventure, c’était difficile de voir comment par exemple, mes proches avaient fortement réagi. En tant que personne qui était concernée dans la situation, j’avais pour impression que c’était banal et pas important. Je me disais, c’est juste à moi que ça arrive « who care »? C’est donc après cet épisode que j’ai commencé à comprendre pourquoi la réaction des autres avait été aussi intense.

 

J’en sors tout simplement grandi (si on peut le dire de cette façon). J’ai compris qu’une perte d’équilibre vous permet tout simplement de vous rendre compte à quel point certaines petites attentions ou personnes auxquelles je banalisais l’existence m’étaient au fond tellement importantes. C’est là que j’ai réellement compris le sens de l’expression « On ne se rend compte de l’importance d’une chose que lorsqu’on la perd. » J’ai aussi compris à quel point j’aime mon quotidien et à quel point même, si  je ne la vois pas dans mon miroir le matin, elle est là ma santé et je ne dois pas l’oublier. Prenez soin de vous xx

 

Marianne 

 

Marianne Gagnon

Je m’appelle Marianne Gagnon, j’ai 16 ans et je suis en 4e secondaire. Si quelqu’un m’avait demandé un jour : si j’étais pour devenir blogueuse, les chances auraient probablement été nulles, mais plus le temps avance, plus l’écriture m’aide à me vider la tête de ce monde de folie, auquel on assiste chaque jour. Avec la famille, les amies, l’école, le travail souvent, j’ai les idées qui débordent et je sens le besoin de me vider l’esprit. Je suis le genre de personne très simple, qui aime vivre, s’instruire et qui est toujours en quête de nouveauté.

Marianne Gagnon - École secondaire Augustin-Norbert Morin