Aimez notre page
Suivez nous sur



École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Je suis surdouée
Découragée

Je suis surdouée

J’écris cet article pour sensibiliser les gens à un sujet assez méconnu : la douance. Je suis moi-même «atteinte» de douance, ce qui veut dire que je suis surdouée, j’ai une intelligence supérieure.

Dit comme ça, je parais narcissique et c’est ça le problème. Et pour régler ça, j’écris cet article. Bon, je n’arriverai clairement pas à tout changer, mais peut-être que je pourrais en toucher quelques-uns ou peut-être que je n’atteindrai absolument personne, mais au fond ce n’est pas grave, car cet article je l’écris pour moi, pour laisser sortir des émotions qui sont restées trop longtemps enfouies.

Alors voilà, qu’est-ce qu’un surdoué?  C’est tout simplement une personne dont les capacités intellectuelle dépassent la norme, une personne dont le QI dépasse 130. Mais pourquoi parler des surdoués?  Ce n’est pas comme s’il était à plaindre. Eh bien, là est l’erreur.  Nous souffrons en silence et personne ne le remarque et, comme le dit si bien Martin Page : « L’intelligence est un double mal : elle fait souffrir et personne ne songe à la considérer comme une maladie.» 

 

Je peux moi-même en témoigner, la douance est honnêtement mon plus grand fardeau. Mais pourquoi je devrais me lamenter?  Être intelligente, qu’est-ce qu’il y a de mal à ça? Eh bien tout simplement parce que l’intelligence n’est que la partie immergée de l’iceberg. La douance cache tout plein de défauts. Elle amène souvent de l’hypersensibilité, un manque d’estime de soi, un grand sentiment de solitude, etc. Tout ça, j’en ai fait les frais. 

J’ai vécu une vie d’incompréhension : Pourquoi est-ce que j’étais différente, pourquoi je ne pouvais pas simplement rentrer dans le cadre. La douance était la réponse à ces questionnements. Je vis le monde différemment et j’en souffre. Mais le plus difficile dans tout ça, c’est que souvent si je partage mes ressentis, les gens ne me comprennent pas. Je suis presque seule dans mes problèmes et ça ne fait que les rendre plus gros.

Bon voilà, il faut bien que je finisse par m’arrêter. Il a tellement plus à savoir alors, s’il-vous-plait, informez-vous sur ce cadeau empoisonné qu’est la douance.

Zoé

Zoé Jutras

Qui est-ce que je suis? C’est une assez bonne question et, étant toujours en recherche de moi-même, je ne suis pas vraiment certaine de la réponse. Alors voilà, je me présente : Zoé Jutras, jeune fille de 15 ans, étudiante en 4e secondaire à Augustin-Norbert Morin. Je peux paraitre banale, une simple fille parmi tant d’autres, mais j’ai ma petite particularité : j’ai une douance. En d’autres mots, je suis surdouée. Bon, dit comme ça, je peux sembler narcissique, mais ce ne sont pas des paroles en l’air. J’ai besoin de changements dans l’éternelle routine qu’est ma vie. Une nouvelle aventure, un défi personnel, voilà comment je vois le projet « La deMOIs’aile ».

Zoé Jutras - École secondaire Augustin-Norbert Morin