Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Trop beau pour être vrai
Assumée

Trop beau pour être vrai

Planer sur le bonheur, c’est une sensation tellement belle! On rayonne par notre béatitude, on oublie même ses problèmes, enveloppé par l’idée de ce quelque chose qui nous fait sourire. Alors que cet état d’esprit devient de plus en plus présent, il commence lentement à s’effacer lorsque cette phrase surgit soudainement de nos pensées. « C’est trop beau pour être vrai. »

Cette idée s’incruste petit à petit, jusqu’à ce qu’elle prenne même toute la place que le bonheur avait réussi à gagner. On a tellement peur que cette joie se termine qu’on y met nous-mêmes fin. On se dit qu’on ne mérite pas cette sérénité, on doute. Pourquoi est-ce qu’on a ce droit d’être heureux, qu’est-ce que nous avons fait pour le mériter ? On est enfermé dans notre peur, et c’est dur de s’en défaire...  Mais une fois qu’on réalise ce qu’on pourrait manquer, c’est là qu’on se libère! On peut vivre au moment présent, savourer chaque moment de bonheur que la vie réserve. On n’a pas l’habitude de vivre dans cette joie, elle nous rend perplexe par sa présence, mais il ne faut pas s’empêcher de la saisir pleinement et avec raisons. 

Quand la phrase « c’est trop beau pour être vrai » surgit de votre esprit, ça signale le moment de jouir de la vie et de ce qu’elle nous offre, alors il faut en profiter!

Vickie Tsaï

Bonjour! Je m’appelle Vickie Tsaï, j’ai 16 ans, et suis en cinquième secondaire. J’aime beaucoup m’impliquer dans les projets et activités que l’école nous propose, que ce soit le « talent show », le parascolaire... Et maintenant, j’aimerais faire partie du projet de La deMOIs’aile. Je crois qu’avoir la chance d’écrire sur le blogue me permettrait de partager de manière claire mes pensées sur divers sujets, car mes idées sont beaucoup plus nettes une fois seule et livrée à moi-même.

Vickie Tsaï - École secondaire Augustin-Norbert Morin