Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Assumée

La clé du bonheur

«Sois belle, mais pas trop, sinon tu es une traînée»

«Sois gentille, sans excès, sinon on te traitera d’hypocrite»

«Sois en forme, mais pas trop, sinon on dira de toi que tu es anorexique»

«Sois drôle, mais sans exagération, sinon tu seras étiquetée comme quelqu’un de loufoque»

«Tu ne peux pas « courser », les femmes conduisent mal»…

Peu importe ce que je fais, la pression sociale de performance et de perfection me suit comme un tigre qui guette sa proie. Les médias se contredisent eux-mêmes, ils prétendent vouloir nous dire de s’accepter et de s’aimer tel que l’on est, mais prennent de jolies modèles, 5"7, 115lbs, pour véhiculer leur message, mais où est la logique?

Et si je te disais que l’on devrait, toi, moi et elle, tout simplement être humaine! D’arrêter de limiter nos pensées afin d’atteindre les standards de ce mode de vie superficiel, imposé par notre société.

On devrait plutôt s’aimer et s’accepter dans nos imperfections, qui nous rendent plus vraies, voire uniques, afin de rendre l’espace dans lequel on vit authentique. Ensuite, ce sera comme une roue qui tourne. Plus on est sincère et fidèle à soi-même, moins on a de pression et plus on est heureuse, et vice versa, la roue continue.

Alors, je l’ai trouvé cette clé vers le bonheur! Ne reste plus qu’à dénicher un moyen de l’atteindre, mais je crois bien qu’ensemble, les unes et les autres, on peut être assez grandes de corps et d’esprit pour l’atteindre.

Qu’est-ce qu’on attend pour s’entraider et pour créer notre propre vision du monde? 

Océane

Océane Théorêt

Je me présente, Océane Théorêt, âgée de 16 ans (bientôt 17) et je suis en 5e secondaire à l’école Augustin-Norbert Morin. Passionnée par la musique et l’écriture depuis longtemps, j’y consacre la plupart de mes temps libres. D’autant plus à apprécier les œuvres des autres, qu’à m’exprimer au travers des miennes, c’est ce qui me libère du quotidien monotone, parfois lourd, dans lequel on vit. J’aimerais faire partie du projet «La deMOIs’aile », car ça me permettrait de partager, avec ceux qui m’entourent, cette passion qu’est l’écriture ainsi que l’émotion et le questionnement que celle-ci procure.