Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Nous, c'est nous
Découragée

Nous, c'est nous

Je pense que nous, les jeunes de nos jours, nous vivons dans une société à part. Notre génération n’est pas assez ouverte d’esprit et nous, les jeunes, on ne se rend pas compte de la vraie réalité. J’ai l’impression que nous sommes tellement basés sur un milieu superficiel que nous oublions le reste du monde.

Plusieurs personnes se comparent aux autres avec tous les standards que notre société nous donne, mais je pense qu’il y a des affaires bien pires que seulement les apparences. On veut tellement avoir l’air de la fille parfaite et on s’acharne sur nous-mêmes sans se rendre compte que ce n’est pas la chose la plus importante.

Je trouve ça triste de voir que la plupart des gens regardent ce qu’ils n’ont pas à la place de voir ce qu’ils ont. Des gens, dans le monde, rêveraient d’avoir accès à l’éducation comme nous l’avons et nous sommes inconscients de la chance que nous avons de vivre au Québec.

Nous sommes tellement préoccupés par notre nombril au lieu de se soucier des autres. La majorité des adolescents ne suivent même pas l’actualité et ne se rendent pas compte que nous vivons dans une société injuste, ils sont seulement intéressés à eux-mêmes.

Ça me désole de voir qu’en 2018, plein de gens ne s’intéressent pas au reste du monde et je trouve ça important qu’on apprenne que ce n’est pas seulement nous qui existons. Le monde a tellement besoin d’évoluer et en ce moment, on ne se rend pas compte que c’est notre futur qui est en jeu. Si nous n’avons pas une bonne base de connaissances générales ou bien une sorte d’ouverture d’esprit, notre planète ressemblera à quoi dans 20 ans?

Quand on y pense, je crois qu’on doit se remettre en question.

Anne-Sophie

Anne-Sophie Laniel

Salut, je m’appelle Anne-Sophie, j’ai 15 ans et je suis en 4e secondaire. J’adore voyager et j’aime profiter de l’instant présent. Nous avons une seule vie à vivre, alors c’est pourquoi je pense qu’on doit regretter le moins de choses possibles.  J’ai aucune idée de ce que j’aimerais faire de mon avenir, mais pour l’instant, j’adore explorer de nouvelles choses. C’est pourquoi la deMOIs’aile serait une toute nouvelle aventure pour moi.

Anne-Sophie Laniel - École secondaire Augustin-Norbert Morin