Aimez notre page
Suivez nous sur



École secondaire Curé-Mercure

La pression sociale
Assumée

La pression sociale

 

La pression sociale est une expression quand même assez vague, pour moi, quand j’y pense, un million de choses me viennent en tête. Plein de souvenirs, de questionnements, de raisonnements se bousculent dans mes pensées. Pendant longtemps, je me croyais au-dessus de tout ça, je pensais, en fait, j’étais convaincue que j’étais plus forte que ça et que, moi, l’avis des autres ça me passait 100 pieds par-dessus la tête. Jusqu’au jour, où pour la première fois, je me suis sentie complètement jugée et rejetée pour une chose qui, pour moi, me semblait parfaitement normale. Tout d’un coup, je me suis dit : «Max, tu dois arrêter d’être comme ça, les gens te trouvent bizarre, les autres te dévisagent.» À 13-14 ans, pour moi, il n’y avait rien de pire que de se sentir différente et juger par mes propres amies. Je ne savais plus qui je devais être et avec qui je devais me tenir.

 

Pendant longtemps, je me suis cherchée moi-même, j’ai essayé de comprendre le genre de personne que je voulais devenir. C’est une bataille qui est loin d’être terminée dans mon cas, car, encore aujourd’hui, ça m’arrive de marcher dans le corridor et de vivre dans l’angoisse parce que j’ai si peur de ce que la personne derrière moi va penser. Je vois le secondaire comme une immense cage dans laquelle on est tous pris et dans laquelle chacun se donne le droit de juger les autres, mais au fond ça me donnerait quoi? Ça me donnerait quoi de dire que le pantalon de la fille devant moi est laid? À quoi ça sert? Parce qu’en réalité, je n’ai aucune idée de ce qui se passe dans la vie de cette personne-là et à quel point mon commentaire peut l’avoir blessée.

Selon moi, si notre planète meurt aussi vite, c’est parce qu’il y a un manque énorme d’amour entre humains. Je devrais moi-même passer beaucoup plus de temps à aller dire aux autres qu’ils sont beaux à leur propre manière et qu’ils ont leur place dans ce monde. J’ai perdu une personne si importante et je regrette énormément de ne pas lui avoir dit à quel point il était important et merveilleux à sa propre manière. La pression sociale, pour moi, c’est quelque chose qui ne devrait pas exister. Je me suis rapprochée de cinq filles qui ont changé ma vie et qui m’ont aidée à passer à travers tout ça et je vous souhaite de vous aussi trouver vos petites crevettes qui seront là pour vous rappeler que vous êtes merveilleuse juste comme vous êtes.

Maxime

 

 

 

Maxime Sauvé

Je m’appelle Maxime Sauvé, j’ai 15 ans et je suis en 4e secondaire. Je suis une fille très active et je me laisse beaucoup aller à travers la danse. Une autre manière de me libérer de mes « trop fortes émotions » est l’écriture. Je suis une fille très sensible et j’aime me retrouver seule face à une feuille de papier. Je suis remplie d’histoires et d’expériences à partager. Je crois qu’entre filles, on a besoin de se confier et de se sentir écouter et je trouve que c’est l’occasion parfaite. xx

Maxime Sauvé - École secondaire Curé-Mercure