Aimez notre page
Suivez nous sur



École secondaire Curé-Mercure

Mes mains sur mon ventre…
Assumée

Mes mains sur mon ventre…

Lorsque je vois tout le monde partir de ma vie, je t’imaginais toi arrivé. Je le sais bien que je suis trop jeune, mais si tu savais quel bien tu ferais à mon âme.

 

Mon coeur me crie que j’ai besoin de toi, mais ma tête en connait les conséquences.

 

Quand je pose mes mains sur mon ventre, j’imagine ton petit corps que je ne cesserai jamais de protéger. Si tu savais comment j’ai vieilli dans ma tête, mais cela ne change pas le fait que je dois finir mes études, pour un jour, te permettre de vivre une belle vie. Pas que tu serais un obstacle, au contraire. Mais, c’est mieux une chose à la fois.

 

S’il y a bien une chose que je n’ai pas peur de dire, c’est que j’ai hâte que tu sois là, que je prendrai soin de toi, parce qu’entre toutes les êtres de cette terre et moi, l’amour d’une mère est infini et plus fort que tout. Le regard des gens face à cela est troublant. On dirait que personne ne comprend et ça me fait mal.

 

L’envie est encore plus forte aujourd’hui, on dirait un compte à rebours d’une bombe qui ne cesse d’arrêter. Sache que je ne prends pas de risque parce que je suis extrêmement consciente que ce n’est pas le bon moment, même si  ça me réconforterait dans ces moments difficiles. Par contre, quand ce sera le bon moment, ce sera le plus beau jour de ma vie! Peut-être qu’au final, j’ai juste peur, peur de te mettre au monde…

 

Déjà, je n’imagine même pas ce que les gens pourraient dire de moi, parce que c’est facile de voir ma vie d’une certaine façon, mais moi, voir ma vie sans toi, c’est long. Parce que parfois j’en pleure, c’est plus fort que moi, j’aurais besoin de t’aimer du plus profond de mon être, j’aurais besoin de voir tes petits yeux bleus naître. J’espère que t’as aussi hâte de me voir, parce que je suis totalement impatiente d’être ta maman. 

 

Je t’aime déjà, j’espère que tu m’aimeras autant.

Lou

 

Marylou Prévost

Je m’appelle Marylou, j’ai 16 ans et je ne sais malheureusement pas ce que je veux faire plus tard. Mais, je sais une chose, je veux voyager et avoir une belle famille remplie d’amour et dieu sait que j’ai bien hâte. J’ai décidé de faire partie de « La deMOIs’aile » pour pouvoir partager des choses qui m’ont grugée beaucoup d’énergie durant toutes ces année, autant au primaire qu’au secondaire. 

Marylou Prévost - École secondaire Curé-Mercure