Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire Curé-Mercure

S’enfuir de cette forêt sombre
Flyée

S’enfuir de cette forêt sombre

Permettez-moi d’éclairer ceux d’entre vous qui ne peuvent comprendre ce qu’on éprouve quand on a une maladie mentale, du moins l’anxiété…

 

Aléatoirement, je ressens une inquiétude envahissante et une crainte persistante me disant que quelque chose cloche. Tout pourrait se passer à merveille, mais mon esprit va se convaincre que quelque chose ne va pas. Il va se persuader que ma vie tombe en ruines. Je vais me soucier une minute de quelque chose et peu de temps après, je vais commencer à m’inquiéter pour quelque chose d’autre. Je m’efforce de me calmer, tout le temps, mais c’est juste impossible. Mon esprit me plonge dans une dépression. Une dépression qui me fait détester d’être si folle et irrationnelle à certains moments. Cette dépression est l’une des pires choses qui me soit arrivée. Cela me pousse à m’éloigner du monde et de toutes les personnes qui sont autour de moi. Mais, ce qui m’a entièrement détruite, c’est d’avoir eu un diagnostic qui m’a souvent traversé l’esprit, celui du TPL (trouble de personnalité limite) vu de même ça fait encore plus peur, tellement peur que t’as le goût de te mettre une étiquette sur le front parce que t’es tannée de t’inquiéter de ce que les gens ont à dire sur toi.

 

Cette maladie m’entraîne dans la peur de vouloir m’engager dans toutes formes de relations, car je m’attache énormément aux gens autant les filles que les hommes, je ne pourrais pas dire, j’aime énormément les gens. Par contre, j’accepte mal le changement, terriblement mal. Je suis consciente que c’est normal, mais ça m’effraie toujours autant. Les sentiments...je pense que c’est la chose la plus compliquée quand tu es TPL, un jour t’es tellement happy, pis le lendemain, bin t’es down en titi. On dirait des vagues d’humeur qui viennent par boute, pis ça, c’est dur à gérer. Parfois, une situation pénarde devient un ouragan qui arrache ma tête en quelques secondes.

 

En plus de ne pas trop savoir ce qui se passe dans ma tête, j’ai un énorme problème de dépendance que ce soit dans les relations, dans l’alcool, dans les dépenses d’argent et dans les achats impulsifs qui ne servent à rien. À part de ça, j’ai terriblement de difficultés à me gérer, à gérer mes situations, à dire des affaires correctes dans les bons moments ou bien à rester seule, ça : pas capable. Parfois, je rêve que je vie une journée sans ups and downs et sans combat ultime contre moi-même, mais je ne peux pas. Pis, c’est correcte, bin correct. Parce qu’avec les efforts et le travail que je fais chaque jour, l’amour (beaucoup d’amour) et avec beaucoup de temps, on apprend peu à peu à gérer ce qu’on est et l’accepter. Et pour tout ce que je vie aujourd’hui, je ne changerai pour rien au monde ce que j’ai construit. Parce qu’un diagnostic, c’est un grand mot, mais on peut toujours le laisse aller et l’abandonner.

 

Lou

Marylou Prévost

Je m’appelle Marylou, j’ai 16 ans et je ne sais malheureusement pas ce que je veux faire plus tard. Mais, je sais une chose, je veux voyager et avoir une belle famille remplie d’amour et dieu sait que j’ai bien hâte. J’ai décidé de faire partie de « La deMOIs’aile » pour pouvoir partager des choses qui m’ont grugée beaucoup d’énergie durant toutes ces année, autant au primaire qu’au secondaire. 

Marylou Prévost - École secondaire Curé-Mercure