Aimez notre page
Suivez nous sur



École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Respire, tout va bien aller
Anxiété , Émotions

Respire, tout va bien aller

Cette phrase m'est dite tellement souvent que je ne l'entends plus. Je suis une personne très anxieuse. Quand tu es anxieuse, c’est probablement la phrase que tu te fais le plus dire. Ça n'aide pas nécessairement parce que même si faire une crise de panique amène à avoir de la difficulté à respirer, c'est inévitable de continuer à le faire. Mon anxiété est à un tel point que quand je suis allée me renseigner sur mon état, la personne me conseillait très fortement d’être médicamenté parce qu’au point où j'étais, c'était évident qu'il n'y avait pas d'autres solutions. 

 

Comme toute autre chose évidemment, cela me stressait et il y avait quand même une partie de moi à ce moment-là, quand le regard de pitié de la dame s’est posé sur moi qui se disait que c’était impossible que je devais me fier à quelque chose d'autre que moi-même pour régler ma tête à moi. À ce moment-là, je n'avais aucune idée comment m'en sortir, j’avais des amies qui avaient de l’anxiété aussi, mais s'aider entre anxieuse, c’est comme se guider entre aveugles et demander de l’aide à quelqu’un qui ne s'y connait pas, c’est pire parce que tout ce qu’ils te disent, c’est : respire, ça va bien aller. Il me restait donc moi, moi et ma très minime confiance en moi. Chaque fois que je stressais, je pouvais passer des dizaines de minutes à essayer de me rassurer et à me dire que mes pensées n’avaient pas d’allure, qu’elles étaient irrationnelles et fausses tout en supportant les maux de cœur, les maux de tête et la difficulté à respirer que ce magnifique sentiment me procurait. Mais, plus le temps avançait, plus chaque méthode que j’essayais portait ses fruits. 

 

Avec le temps, je suis même devenue capable de contrôler dans certaines situations mon anxiété, j'ai appris à l’intérioriser. Chaque personne qui vit avec de l’anxiété à une manière différente de s'en sortir, la garder en soi aurait pu être nuisible pour beaucoup de gens, mais moi, ça m’a beaucoup aidée. La morale de ce texte est que selon moi, peu importe qui vous le dit, qu’est qu’on vous dit et dans quel contexte, si ce n’est pas ce que vous voulez, c’est vous que vous devez écouter. C’est en m'écoutant que je suis devenue la personne confiante qui déborde de bonheur que je suis aujourd’hui.

Charlotte