Aimez notre page
Suivez nous sur



École Secondaire Liberté Jeunesse

Déconnectée
Dépression , Émotions

Déconnectée

On m’a souvent dit que j’ai une imagination débordante. Ce qui semble être un compliment peut aussi devenir un reproche dans certains cas. Mon cerveau a pris l'habitude de créer des scénarios et des personnages semblant irréalistes. Souvent, après avoir écouté un film ou une série, j’adopte le comportement des personnages, puis mon imagination se mêle à ma paralysie du sommeil et il devient difficile de démêler le vrai du faux. 

Après mûres réflexions, je crois même qu'il s'agit d’un facteur ayant causé ma dépression l’an dernier. C’est bien d’avoir sa bulle et son monde à soi, mais ça peut devenir un véritable problème lorsqu'on se déconnecte de la réalité et qu’on n’arrive plus à y retourner. Je n’écoute plus en classe et même si j’essaye, ma vision se brouille, je tombe dans la lune et je me déconnecte complètement. Un peu comme un ordinateur qui se met en mode veille. C’est dur de vivre comme dans deux mondes en même temps. 

Ma motivation a disparu, que ce soit pour l’école, faire mes travaux ou même ne serait-ce que pour sortir de mon lit. J’ai parfois peur de retomber en dépression ou de me retrouver à pleurer les soirs, sans raison, ou à cause de traumatismes qui ne sont jamais arrivés. 

Mais parfois, il m’arrive de remarquer un détail qui redonne de l’espoir. L’autre jour, alors que j’étais dans l'autobus, je me suis rendu compte que je souriais malgré le fait d’avoir un masque. J’ai donc relâché les muscles de mon visage afin d’enlever ce deuxième masque que je déteste tant. Rien à faire, ce sourire restait sur mes lèvres. Avais-je porté mon masque trop longtemps? Pourtant, je me sentais bien. C’est ce genre de moment qui me redonne espoir en ma réalité. Ces sourires qui sont vrais et qui ne veulent pas partir. Ces fous rires qu’on ne peut arrêter. Ces moments de joie éphémères. 

Malheureusement, il y a toujours deux côtés à un moment heureux. C’est lorsque j’ai commencé à sourire que mes nuits d’insomnie, de cauchemars et de paralysie du sommeil sont revenues. Alors que je pensais aller mieux, voilà que je recommence à me déconnecter de notre réalité. Mes notes ont baissé et mes examens et devoirs semblent écrits dans une autre langue. 

J'aimerais pouvoir vivre dans ces fausses réalités que j’imagine parfois. Le monde dans lequel on vit est loin de la perfection, mais il faut s’accrocher aux petits bonheurs.

Vee

 

Vee *

Je m’appelle Vee, j’ai quatorze ans, je suis en 3 secondaire à l’école secondaire Liberté-jeunesse et je suis non-binaire. Malgré mes apparences d'enfant modèle et bonne à l’école, je suis loin d'être une personne sans soucis. Que ce soit en passant par la dépression, la paralysie du sommeil ou ma passion pour le fantastique en général, je suis loin d’être une personne dite «normale». J’ai écrit des livres d’où est venue ma passion pour l’écriture. J’aimerais avoir l’opportunité de participer au projet de la deMOIs’aile afin de partager mon amour pour l’écriture et de briser les tabous sur la maladie mentale et la thérapie.

Vee * - École Secondaire Liberté Jeunesse