Aimez notre page
Suivez nous sur



École secondaire Curé-Mercure

Vivre à l'aveugle
Pression sociale

Vivre à l'aveugle

Depuis plusieurs années déjà, j’ai su apprendre ce qu’est la société et devoir faire face à la réalité souvent choquante. J’ai su passer au travers de plusieurs expériences pour le moins désavantageuses. Je me tue mentalement en me disant tout ce dont je ne devrais pas entendre; me rabaissant moi-même sans avoir besoin de l’aide des autres. 

 

À vrai dire, je me considère comme une vraie « tête de mule » la plupart du temps; c’est-à-dire que peu importe ce qu’on va me conseiller de faire ou de dire, je n’en écouterai pas un mot, toujours en me disant que je le sais plus que les autres. C’est ma tête, alors je sais que je vais être correcte. Puis, la phrase à ne jamais dire : « Non, ça va être correct » à partir du moment que cette petite phrase est lancée, c’est un « mess ». Peu importe l’âge de la personne de sa mentalité ou même de sa profession, je m’entête chaque fois à être obstinée et penser mieux le savoir. 

 

Voici l’exemple parfait pour le démontrer : voilà deux ans de cela, un psychiatre m’avait dit que je pouvais avoir un trouble de personnalités limites, mais encore là, je ne l’ai pas écouté. Aujourd’hui, une autre personne totalement différente m’informe de son avis qui est très semblable à celui du psychiatre, est-ce que je l’ai écouté !? Bien sûr que non, je me connais mieux que quiconque… « Ça va être correct.» Après, je me demande pourquoi ma vie est si à l’envers que ça; la réponse est simple: je vis à l’aveugle comme si tout allait toujours pour le mieux quand c’est complètement l’inverse. Quelqu’un m’a dit que d’être obstinée pouvait être une qualité, mais je crois que si tu ne sais pas comment t’en servir, cela peut être dangereux. Il faut savoir comment bien l’utiliser, c’est-à-dire se soumettre à des plus sages que soi-même, prendre les conseils, donner son opinion correctement mais aussi apprendre à recevoir celle des autres. 

 

J’ai lu un jour : « Demander de l’aide est une force que j’apprécie » peut-être qu’il est temps pour moi d’accepter l’aide dont j’ai besoin et d’arrêter de vivre dans un monde à part. Je dois faire face à la réalité, ce n’est pas en l’oubliant que ça va complètement disparaitre. Plus on attend pour s’aider, plus ça va être dur lorsqu’on devra démêler toutes ces histoires perdues et oubliées au loin de nous-même. Apprends à demander de l’aide et ta vie sera beaucoup plus colorée! 

Leah Gravel

Leah Gravel

Salut! Je suis ravie de faire ta connaissance. Moi, c’est Leah Gravel, 15 ans, de 4e sec.; mais attention pas celle à laquelle tu penses; non, celle dont personne ne connaît l’existence, celle qui se cache depuis toujours. Aujourd’hui, c’est la vraie moi. Pas de cachette, pas de masque, seulement moi. Je veux pouvoir mettre des mots sur mes douleurs intérieures, sur mes émotions. Je veux inspirer la société. Bref, je suis ici comme participante pour tenter ma chance de vivre une 2e  année inoubliable remplie de récits de toutes sortes.
 


 

Leah Gravel - École secondaire Curé-Mercure