Aimez notre page
Suivez nous sur



École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
La Journée du Changement (partie 2)
Image corporelle , École

La Journée du Changement (partie 2)

 *Dans cette histoire, vous allez être une fille prénommée Olive qui cherche à se découvrir.

Je descends et je vois ma mère, qui est choquée de mon exploit. La façon dont ses lèvres bougent indique qu’elle veut me dire quelque chose, mais elles restent collées ensemble. Pendant que nous dînons, aucun mot n’est partagé. Je m’apprête à monter les marches avant d’entendre ma mère dire: « Ça te va bien, mon cœur. »  Mon corps se remplit de chaleur et de joie. Assise dans mon lit, j’entame mon troisième cours de la journée. J’ouvre ma caméra à cause du règlement de l’école, mais ça ne me dérange plus, car j’aime mes cheveux. Au début, personne ne dit rien jusqu’à ce que MANDY fasse une remarque qui me détruit: « T’avais pas assez d’attention, fecque tu t’es coupé les cheveux, princesse Raiponce? » Toute la classe est partie à rire. J’ai fermé ma caméra, puis j’ai commencé à pleurer. Je me demande pourquoi j’ai fait ça et je me dis que je suis laide à présent. Dès que le cours finit, je m’en vais dans la salle de bain et je claque la porte. Je crois que j’ai claqué la porte vraiment fort, car ma mère est arrivée en courant, s’est introduite dans la pièce et m’a lancé un regard soucieux. Je crois que ma mère a des super pouvoirs ou quelque chose du genre, car elle m’a donné un câlin et m’a chuchoté dans l’oreille: « Le monde est cruel, mais ce n’est pas une raison pour lâcher prise. Tu es une fille formidable, ne l’oublie jamais. » À la suite de cela, elle finit de me faire son câlin en me donnant un bisou sur le front. 

Je pleure encore un bon cinq minutes avant de me regarder dans le miroir, avec un regard déterminé. J’ouvre le tiroir de maquillage de ma mère et je commence à me maquiller. Après une bonne demi-heure, je réalise que j’ai toujours de l’école et que j’ai manqué le début de mon cours. J’ai presque fini mon maquillage, alors je termine mon look et m’habille dans le style grunge. Arrivée dans mon fameux cours de maths, je dois encore ouvrir ma caméra. Je déteste ce règlement. Personne ne dit rien, jusqu’à ce que je sens vibrer mon téléphone: c’est un message venant de cette Mandy. Lorsque j’ouvre le contact, « Salut la gothique :) » y est écrit. Je ressens une rage en moi plus vite que la vitesse de la lumière. J’avais le goût de me venger pour toutes les choses méchantes qu’elle m’avait faites depuis le temps que nous n’étions que des bouts de choux. Je commence à lui écrire un gros paragraphe sur comment je me sens et d’autres trucs méchants que je ne dirai pas. Mais la petite voix dans ma tête me dit que je ne devrais pas envoyer ce message pour éviter des problèmes. Je lui répondis donc à la* place: « Salut! Tu t’es fait chicaner par ton papounet, alors tu me textes pour t’excuser du message méchant que tu m’as dit tout à l’heure? C’est gentil. :) »  Dès le message envoyé, je la bloque. Je me sens beaucoup mieux! 

La journée termine et je me sens comme une nouvelle personne. “Bien” est le sentiment que je ressens. Je crois que j’ai trouvé la planète qui me décrit. J’ai compris que plusieurs pouvaient être méchants quand quelqu’un change, mais en retour, il ne faut pas être méchant avec eux, car peut-être qu’ils ont encore beaucoup de difficulté à trouver leur vraie planète. 

*Je ne dis pas que ça prend une journée à se trouver. C’est parfois difficile de se trouver dans ce monde plus étrange que Alice aux Pays des Merveilles. 

Rose

Rose Girard

Je m’appelle Rose Girard, je suis en 3e secondaire. Je fais partie de la concentration Danse-Études à l’école Augustin-Norbert-Morin. Je suis une personne très joyeuse qui aime faire rire les autres. Sociable, j’aime me faire des nouveaux amis et discuter avec des gens sur des sujets variés. J’aime aussi exprimer mes sentiments en dansant ou en écrivant. La deMOIs’aile me permettrait d’exprimer mon opinion sur des causes actuelles qui me tiennent à cœur. Finalement, j’aimerais que mes mots puissent éclairer des personnes qui, comme moi, se sentent perdues quelques fois.

Rose Girard - École secondaire Augustin-Norbert Morin