Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire de Mirabel

CJE Mirabel PREL Québec
La hiérarchie du secondaire
Découragée

La hiérarchie du secondaire

Dans mon dernier texte, j’ai laissé échapper une phrase sur les catégories extrêmement présentes dans la vie des adolescent(e)s au secondaire. Effectivement, je ne sais pas si je suis la seule à l’avoir remarqué (j’ose espérer que non), mais il y a cette catégorie qui nous colle à la peau depuis le tout début de notre scolarité. Au primaire, elle faisait son apparition tranquillement et au secondaire, elle se manifeste d’une façon violente!


Au secondaire, il y a les « populaires » qui sont enviés, qui semblent parfaits, mais qui subissent probablement énormément de pression par cette catégorie qui les enferme. Ensuite, il y a les « moins populaires », les « bolés » qui ont sûrement de moins bonnes notes de temps à autre, mais l’idée des gens autour d’eux est déjà faite, alors aucune chance de s’en sortir. Il y a aussi les « rejets » qui ont le nom de catégorie le plus méprisant sur terre! Je n’ai jamais compris pourquoi, ni comment une personne devenait « rejet », alors que la plupart du temps, ceux que nous qualifions ainsi sont extrêmement gentils, ils sont eux- mêmes et ils n’ont jamais fait de mal à personne.


Je crois qu’au secondaire, les problèmes de confiance font en sorte que tout le monde essaie de se remonter un peu avec sa catégorie. Les « moins populaires », par exemple, se diront : « Au moins je ne suis pas ‘’rejet!’’ », alors que ça ne devrait aucunement se baser sur cela selon moi. Comment se fait-il que si quelqu’un de « moins populaire » fait la même blague qu’une personne « populaire », ce soit tout de suite moins drôle? Comment se fait-il qu’une personne dans la catégorie « ne-parle-jamais » ne puisse pas participer à sa guise dans un cours sans que tout le monde pense tout bas que ce soit bizarre qu’il ou elle participe?


Est-ce qu’on ne pourrait juste pas être qui on veut, quand on veut? C’est triste de dire qu’au secondaire, tout le monde change un petit peu pour ressembler aux
autres et ceux qui s’aventurent plus loin sont automatiquement classés dans la 
catégorie « bizarres ». C’est long cinq ans dans la même catégorie qui ne te plaît pas nécessairement. D’autant plus qu’il est tellement difficile d’en sortir sans attirer les jugements de la cohorte au complet!


J’ai envie de dire « soyons qui nous voulons et au diable ce que pensent les autres », mais je sais très bien que ce n’est pas aussi simple. Bref, vivement le jour où ces catégories disparaîtront, si ce jour arrive!


Aly

Aly *

J’ai 16 ans et je suis en 5e secondaire. Je suis une fille qui adore la musique et les arts visuels, qui se questionne un peu trop et qui surtout, écrit. Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé faire un compte rendu de ce qui me tourmente, et ce par l’écriture. Bien évidemment, au primaire, ça ressemblait plutôt à l’horaire de la journée ou au menu des repas du jour, mais s’il y a bien une chose que j’ai apprise en écrivant, c’est que j’ai le droit de mettre mes émotions les plus profondes sur papier sans avoir peur de me faire juger. Plutôt discrète et timide, je resterai jusqu’à preuve du contraire, anonyme sur ce blog.

Aly * - École secondaire de Mirabel