Aimez notre page Facebook !
Suivez nous sur Youtube !

La deMOIs'aile

École secondaire Curé-Mercure

Assumée

Souvenirs amers

On a tous des souvenirs d’enfance qu’on chérit. Mon plus vieux souvenir est celui de mon père m’expliquant comment chanter dans ma tête. J’avais 4 ans. C’est le plus loin que ma mémoire puisse aller.

Ensuite, il y a des souvenirs qu’on veut tous oublier. Voici l’un d’entre eux.

J’avais 11 ans. Un temps étrange pour tout le monde, où on essaie tous de comprendre l’univers. C’était l’été et j’étais au camp de vacances. Mon groupe était constitué exclusivement de filles, mais il y avait un groupe de garçons du même âge, qui faisait la majorité des activités avec nous. Je m’entendais très bien avec les filles, mais pour le groupe de gars…c’était une autre histoire.

Ils n’étaient pas particulièrement gentils, se moquaient beaucoup de nous et nous dénigraient lorsqu’on les battait en sport. Bref, des petits cons qui se pensent supérieurs parce qu’ils ont un pénis.

Mais trois d’entre eux ont fait un pas de trop dans la misogynie et la méchanceté.

C’était la dernière soirée du camp et une petite danse avait été organisée. Les filles et moi avions passé une heure à se pomponner dans nos chambres avant d’y aller. C’était une belle soirée, on dansait et mangeait des chips. Puis, je ne sais plus pourquoi, mais je me suis retrouvée seule sur la piste de danse. Quelqu’un m’a tapé sur l’épaule.

En me retournant, j’ai reconnu trois garçons du groupe de petits cons. Ils souriaient. J’ai souris aussi, parce que je suis une gentille personne et un être humain décent. Puis, le plus grand a parlé.

«Écoute, on voulait juste te dire que t’es vraiment laide, pis que tu mérites pas qu’on t’aime. Vraiment, on pense que tu devrais mourir…»

Je n’ai pas écouté la fin. J’ai tourné les talons et suis partie retrouver mes amies en tentant de ne pas pleurer. Ces mots méchants se répétaient dans ma tête…plus fort que la musique, plus fort que ma confiance en moi.

J’ai bloqué ces paroles pendant très longtemps.

Un jour, tout m’est revenu. Après tout ce temps, la colère avait laissé place à tant de questions.

Qui étaient-ils pour avoir le pouvoir de me faire sentir si petite et insignifiante? Qui les avait élevés ainsi, pour penser que dire quelque chose comme ça à un autre être humain peut être acceptable? Pourquoi ne les ais-je pas giflés? C’aurait été la seule fois de ma vie où un coup de poing aurait été justifiable.

Je suppose que mon message est le suivant : parents, assurez-vous que vos enfants sachent que dire à quelqu’un qu’il devrait mourir n’est jamais justifiable. Enfants, ne laissez pas vos amis intimider qui que ce soit.  

Personne ne mérite de se faire traiter comme ça.

Jeanne

Jeanne Gauthier

Mon nom est Jeanne Gauthier. Je suis très artistique dans la vie et je suis aussi très "malaisante" quand il s’agit de parler de moi. J’écris beaucoup, surtout des histoires que je ne laisse personne lire et que je ne finis jamais parce que l’histoire est déjà finie dans ma tête… Alors, je deviens paresseuse et je ne la finis pas. Je suis une vraie « nerd », je peux parler d’Harry Potter pendant des heures et j’ai plus de 300 romans dans ma bibliothèque personnelle. Je manque de place sur mes étagères dans ma chambre. Je regarde trop de séries et de films, ainsi que je passe trop de temps sur les « Internets ».