Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire Curé-Mercure

Assumée

S’aimer et vivre avec soi-même: pas toujours facile

J’ai vécu pendant un an et demi avec une personne qui faisait partie de moi. Je n’y voyais aucun problème jusqu’au jour où cette personne m’a laissé vivre avec moi-même. C’est le jour où j’ai appris ce que veut dire:  » dépendance affective ».

On m’avait souvent dit de prendre du temps seulement pour moi, d’arrêter de vivre pour les autres. Bien sûr, je n’écoutais pas. J’étais persuadée que tout ce que je faisais était parfait.  C’est ce jour-là que j’ai vu que je m’étais « plantée »!

Qu’est-ce qu’on fait quand il nous manque une partie de nous-même? À quoi ça sert de vivre si la moitié de nous n’est plus là? On est détruite et il n’y a plus aucune solution. On se demande pourquoi on est là et malheureusement, on a bien beau chercher, on ne trouve pas de réponse. Je n’avais aucune idée comment faire pour être heureuse seule ou comment vivre avec mes problèmes seule. J’avais aussi l’impression que personne ne m’aimait. C’était littéralement la fin du monde.

 

Ça a pris environ deux semaines de « je ne fais rien », « je n’ai pas faim » et de « je veux tout lâcher » avant que je décide de m’impliquer dans tout ce que je pouvais pour arrêter de penser sans arrêt à ce que je devais faire de ma vie. J’ai aussi été cherché de l’aide professionnelle en me disant que je n’avais rien à perdre. Cela a été beaucoup plus positif que je ne l’imaginais, je me suis fait de nouveaux amis que j’adore et j’ai retrouvé l’énergie que je n’avais plus depuis 1 an et demi. C’est là que j’ai réalisé que pendant toute ma relation, j’avais mis plus d’énergie à aimer quelqu’un d’autre qu’à m’aimer moi-même et j’ai découvert que j’étais une personne beaucoup plus incroyable que je ne le pensais. J’ai ensuite mis toute cette énergie positive dans ma passion: la danse. Ça m’a vraiment aidé. Par contre, j’ai ensuite été confrontée à des situations où je n’avais jamais (ou depuis très longtemps) eu à réagir seule ou à prendre des décisions par moi-même. Miraculeusement, je suis passée au travers et j’ai vu que j’étais capable de vivre seule et que je n’avais besoin de personne pour faire les choses à ma place. C’est difficile au début, mais on finit par bien aimer organiser nos choses par soi-même. J’ai senti pour la première fois que j’étais importante et que je servais à quelque chose.

 

Maintenant, je me sens bien et je comprends mieux qui je suis et ce que j’aime. J’ai découvert de nouvelles activités que j’aime énormément et quand je le fais, je le fais pour moi et pas pour personne d’autre. Parfois, je crois qu’il faut tomber très bas pour réaliser ce qui ne va pas et tout régler. Du coup, ça semble impossible de sortir de la dépendance affective, mais avec le temps et les efforts, on peut le faire. Je crois qu’il est primordial d’apprendre à s’aimer et à se comprendre avant d’aimer quelqu’un d’autre, car c’est impossible de bien vivre sans nous-même. Chaque jour, il faut profiter de nous, nous aimer, et vivre pour nous, c’est clairement la meilleure solution  pour être chacune heureuse à notre façon. J’y travaille encore aujourd’hui et je crois que c’est le plus beau cadeau que je puisse m’offrir.

 

Valérie 

Valérie Éthier

Coucou! Je suis Valérie Éthier, j’ai 16 ans et je suis en 5e secondaire. La danse a toujours été un de mes moyens d’expression et une passion puisque je danse depuis mes 2 ans. J’ai récemment découvert que l’écriture pouvait être une aussi bonne solution. J’aimerais partager les leçons de vie que j’ai apprises afin d’aider et de motiver toutes celles qui en ont besoin. Donc, je veux que toute mon énergie et mes bonnes idées soient partagées avec les autres jeunes femmes qui, comme moi, sont souvent très mélangées.