Aimez notre page
Suivez nous sur



École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
À quelques pas de distance
Amitié , Pression sociale

À quelques pas de distance

Je vis depuis un tout petit bout la situation qu'on n’ose pas parler assez…celle où une jeune fille de mon âge partage l'amitié d'un jeune homme majeur. Je veux briser ce silence, car je sais que dans toute cette histoire, je ne suis pas seule. Loin de là, même si le secret est souvent bien gardé.

J’aimerais prouver qu'une relation comme celle-ci est possible et que ce n’est pas quelque chose de mal, contrairement à plusieurs regards des gens qui le pensent. La nouvelle génération est l'une des sources de ce préjugé puisque les gens qui vivent des agressions sexuelles en parlent plus aujourd'hui qu'avant, donc on en entend plus parler, mais il ne faut pas oublier que cela ne veut pas dire qu’il y a plus de cas qu'avant. 

De plus, la loi spécifie une situation interdite qui a été mise en place pour contrer ces agressions, entre autres. Cette situation est celle qu'après minuit, un majeur ne peut pas conduire accompagné d'une mineure à ses côtés, par exemple. Ces deux raisons intensifient les jugements face à cette fameuse relation.

Pour ma part, je précise que je me sens très bien dans cela. Avoir un ami plus vieux me permet d'avoir un point de vue différent que celui des jeunes de mon âge. Cette amitié me permet d'en apprendre plus sur le monde des adultes, mais d'une façon bien opposée de la version de nos parents(petits rires). En fait, mon ami me fait sortir de ma routine habituelle et c’est cela qui me fait le plus de bien. Il est toujours là avec sa bonne volonté. Ce que j’aime le plus chez lui, c’est sa magnifique, mais unique façon de me prévenir et de m’aider dans mes futures expériences que lui a déjà acquises, alors il en sait déjà les conséquences(positives et/ou négatives).

Rassurant ainsi que réconfortant, il est dans ma vie. 

Pour terminer, oui c’est mal vu autour de nous, mais si l'on se sent coupable, cela veut dire quelque chose… Moi, je me suis rendu compte que le jugement des autres ne l'affecte pas, seulement si moi, j'étais bien là-dedans et c'était le cas. Les personnes qui nous entourent ont souvent tendance à suivre le cours des choses sans dire ou penser de façon personnelle et à généraliser beaucoup trop les choses. Retenez qu’il faut faire les choses qu'on pense bien.

 

Opale

Opale Therrien

Pour débuter, je suis enfant unique chez moi et mes parents ne sont plus ensemble depuis que je suis toute petite. J'ai donc grandi à travers 2 maisons extrêmement différentes dans des règles bien différentes aussi. De plus, je me nomme Opale Therrien (Eh oui, mon prénom est bien celui d'une pierre précieuse)et je suis en 4e secondaire avec seulement mes 15 ans. Je me décrirais comme une fille qui a la main sur le cœur et pour être honnête, une fille qui n'a pas peur de dire ce qu'elle croit juste. Je choisis mes batailles tout simplement et c’est une des raisons qui me pousserait à vouloir faire partie de La deMOIs'aile. Je crois qu'on en apprend chaque jour et c’est de cette façon que l'on évolue… Nous sommes toutes les reines de notre propre univers.

Opale Therrien - École secondaire Augustin-Norbert Morin