Aimez notre page
Suivez nous sur



École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Feu, feu, joli feu…
Émotions , Stress

Feu, feu, joli feu…

Le feu peut être joli, festif et réconfortant.

Il peut aussi être ravageur et épeurant.

C’est un monstre qui dévore tout,

Des fois …

 

Je me suis réveillée un beau matin d’hiver, c’étaient les vacances de Noël. Tout pour bien aller. Jusqu'à ce coup de téléphone…

 

Je n’aurais jamais pensé que quelques minutes pouvaient changer bien des choses. En même pas une demi-heure, tu sais qu’il y a plus rien à faire. 

 

Je me suis dit à plusieurs reprises que ça n’arriverait jamais à moi. C’est quand même arrivé... Dans notre tête, il y a plein de choses qui arrivent juste aux autres. Ça peut être des choses qui te font exploser de joie, ou bien qui te font foncer dans un mur. Lorsque ça arrive à toi, ça fait vraiment mal. Bref, moi, je cherche toujours le chemin le plus facile avec le moins d’obstacles...Sûrement comme plein d’autre monde. Sauf qu’il y a des chemins qui s’imposent devant nous et à ce moment, c’est vraiment dur de passer par-dessus. Quand on ne s’attend à rien, c’est beaucoup plus simple... 

 

Personne ne veut recevoir ce genre de téléphone. Ça reste marqué au fer rouge sur ton bras. Les émotions, qui te traversent comme un éclair, sont impossibles à contenir. C’est comme échapper une bouteille d’eau sur le sol,  qui explose. La tristesse, la colère, la confusion… tout en même temps. Les gens que j’aime autour de moi, les voir briser en éclat de verre, ça me faisait beaucoup de peine. Je n’ai pas vu ma maison en feu ni la montagne de cendre et je trouve ça bien correct. 

 

Je trouve ça dur de vivre ailleurs que chez moi aussi longtemps. T’es jamais chez toi, avec presque rien qui à est toi. Ça détruit tes repères, tes habitudes et le confort de chez soi. Je n’aime pas la maison où je vis temporairement. Ce qui grandit mon impatience à être de retour chez moi. La maison qui se construit est magnifique et bien faite. Alors, les gens se permettent de dire :« C’est un mal pour un bien, finalement.» Je suis d’accord que la maison n’aurait pas pu être mieux, mais ça ne m’empêche pas de détester cette phase. C’est un mal que je me serai bien passé.

 

Aude


 


 

Aude Mainville

J’écris souvent, mais pas de moi. J’invente des personnages et je les fais vivre avec des mots. Je sors de moi et de mes émotions pour aller dans quelqu’un d’autre qui pourrait exister. Prendre une pause de notre monde. Mais là, j’écris à propos de la vraie moi. Je m’appelle Aude Mainville, j’ai 15 ans et je suis en 4e secondaire. J’aimerais bien partager le plaisir de l’écriture et la force des mots. Écrire, c’est libérateur, lire les autres peut faire autant de bien que celui qui écrit.

Aude Mainville - École secondaire Augustin-Norbert Morin