Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Assumée

La société de nos jours…

C’est triste que la plupart du temps, notre visage porte une humeur neutre. On ne prend pas assez conscience du bien qui nous entoure.

Pourquoi? Car nous vivons avec cette habitude depuis longtemps, donc nous ne savons pas c’est quoi vivre sans et c’est ce qui fait que nous ne profitons pas du moment présent.

Nous ne remercions pas assez la vie, nos parents, nos amis, nos professeurs, ceux qui nous entourent bref. Et nous devrions profiter plus du moment présent, aimer, remercier et surtout, être gentils.

Le monde n’est pas assez gentil autant avec les autres qu’avec eux-mêmes. La plupart ont de la difficulté à donner des compliments aux autres.

Intéressons-nous aux autres et soyons à l’écoute sans espérer un retour.

J’ai réalisé, après avoir confronté des disputes qui ont rapport à des personnalités pas compatibles, qu’être différent est tellement un privilège unique.

Être en vie pour apprendre, faire des erreurs, comprendre, recommencer et confronter toutes sortes de situations différentes.

On ne le réalise pas tous présentement, mais notre vie ne fait que commencer et on l’a beaucoup plus facile que plusieurs autres personnes.

Je suis fière de la personne que je suis, pas tout à fait finalement! S’il y a bien une chose qui me travaille et que j’aimerais changer, c’est l’estime en soi.

Soyons là pour les autres, vivons chaque moment comme si c’était le dernier et remercions les privilèges qui nous entourent.

Regardons le positif, entourons-nous de ce qui nous rend heureux et de ceux qui nous acceptent avec nos différences. Soyons tous différents à notre façon.

 

Maïa

Maïa Rousseau-Robert

Je m'appelle Maïa Robert, j'ai 16 ans et je suis en 5e secondaire. J'ai été une personne autonome dès mon très jeune âge. J'ai un fort caractère, une facilité pour la communication et j'aime aider les autres. Je suis déçue de la société dans laquelle nous vivons. J'ai confiance en moi, je n'ai pas peur du ridicule et je trouve que plusieurs autres filles devraient être ainsi. Si je pouvais les aider à avoir une estime en soi plus grande en leur montrant comment je vois cette situation, ça me ferait un plus grand bonheur. J'ai une grande maturité pour mon entourage et c'est un défi qui m'affronte souvent, socialement.