Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Assumée

Le problème d'avoir toujours eu des bonnes notes

Depuis mon entrée au primaire, j’adore l’école. Comparativement aux autres enfants, j’ai toujours eu hâte d’apprendre. Mais mon désir de travailler ne s’est pas créé seul, il s’est seulement manifesté grâce à une chose; mes notes sont très élevées.

Depuis toute petite, je fais partie des meilleurs de la classe. Les commentaires encourageants de tous augmentaient ma confiance en moi. Ce n’est pas quelque chose de mal, mais cela l’est devenu lorsque mes notes ont baissé. Jusqu’en 2e secondaire, mes notes étaient toujours aussi parfaites. Les gens me traitaient de « bolée », mais j’aimais ça. J’étais comme le cliché, j’avais 100% sans étudier.

Mais le problème, c’est que derrière cette confiance en soi trop forte construite seulement sur de la fierté, je stressais en permanence. J’avais peur d’avoir moins de 90%, car pour moi, c’était nul. Quand je disais à mes parents ma note de 85% en math, on me félicitait moins que quand j’avais 95%, comme si ce n’était pas assez haut. J’avais l’impression d’être un échec, même si mes notes n’en étaient pas.

Je me rappelle qu’une fois, en secondaire 3, j’ai échoué un examen pour la première fois de ma vie. J’étais complètement abasourdie. Cela ne m’était jamais arrivé, et jamais je n’aurais cru que ça aurait pu avoir lieu. Je ne m’étais jamais sentie aussi nulle.

Cette mauvaise expérience m’a au moins permis d’en tirer une leçon; 85%, c’est une très bonne note. Le reste de l’année, mes notes qui étaient plus basses qu’avant ne me provoquaient plus autant d’anxiété.

Malheureusement, le désir de toujours vouloir être parfaite est resté en moi. Encore aujourd’hui, en secondaire 4, je me mets une pression énorme pour avoir les plus hautes notes, et je sens une compétition entre mes amis et moi. C’est comme si on voulait tous être meilleur que l’autre.

Pour moi, le problème d'avoir toujours eu des bonnes notes, c’est que, contrairement à ce que tous disent, ce n’est pas valorisant. Les gens nous félicitent seulement quand nous excellons dans chaque matière. Tout le monde m’a toujours seulement complimenté pour mon bulletin, et non pour mes efforts, mes qualités ou mes progrès. Mes notes ne me suivront pas toute ma vie, mais mes vraies valeurs, oui. 

Éva

Eva Rodrigues

Bonjour, je m’appelle Eva Rodrigues et j’ai 15 ans, bientôt 16. Je suis en 4e secondaire en math et science enrichies. Je suis quelqu’un d’assez réservée, mais qui aime énormément exprimer son opinion, ce qui peut donc parfois créer un problème. Je fais part de celui-ci aux gens proches de moi, comme mes parents ou mes amis, mais je m’exprime aussi beaucoup à travers l’art et l’écriture. Pour moi, écrire, c’est une façon de se manifester. Quand les mots n’arrivent pas à sortir en vrai, je les écris. Quand je commence, je ne peux plus m’arrêter.