Aimez notre page
Suivez nous sur

La deMOIs'aile

École secondaire Augustin-Norbert Morin

Projet de mémoire d’une étudiante de maîtrise en psychoéducation de l’UQO
Découragée

La "romantisation" de la dépression

La dépression, trouble mental dont plusieurs semblent vouloir ignorer ou trouvent insignifiant, touchera 10% à 15% des gens au cours de leur vie selon une étude de l’institut universitaire en santé mentale de Montréal. Peut-être que ces chiffres peuvent sembler bas, mais la dépression est quelque chose à prendre au sérieux.

 

Elle peut malheureusement parfois mener au suicide, étant donné que certaines personnes qui en sont atteintes ont peur de chercher de l’aide en raison des préjugés sur cette maladie. Ces idées préconçues sont fréquemment entretenues en raison des gens qui, selon moi, s’inventent une dépression pour de l’attention et qui donnent donc à ce trouble une apparence plus plaignarde.

 

Ces personnes, en particulier les jeunes, tentent de transformer une maladie si triste en quelque chose de “cool”, et parfois même romantique. C’est justement ce que l’on appelle la "romantisation" de la dépression. Plusieurs films en font, mais puisque cette idée est rendue tellement normale est exploitée pour nous, nous ne le remarquons souvent plus.

 

C’est plutôt désolant, car la tournure romantique subtile des souffrances d’un personnage n’est peut-être pas le meilleur message à faire passer à des gens qui peuvent aller mal. Par contre, qu'en est-il quand ceci arrive dans la vie réelle? Qu'en est-il lorsque nous idéalisons de vrais suicides et de vraies dépressions de vraies personnes?

 

Si vous croyez ne jamais avoir remarqué ce phénomène en vrai, allez seulement sur les réseaux sociaux et vous verrez probablement plusieurs jeunes filles se vanter d’être dépressives, car elles ne sont pas en couple , ou de faire de l’anxiété, car elles stressent pour un examen,  sans même connaître les symptômes de ces maladies. J’aimerais que ces gens comprennent qu’utiliser un trouble mental pour avoir de l’attention, c’est mal. À cause d’eux, les personnes souffrantes vraiment des symptômes reliés aux maladies mentales ne sont plus pris au sérieux.

 

La dépression n’est pas quelque chose de beau ni de romantique, ce n’est pas simplement une photo sur Instagram avec une citation triste, déprimer lors d’une journée pluvieuse, ou tout simplement aller mieux lorsque le prince charmant vient nous sauver et nous réconforter en essuyant nos larmes.

 

La dépression, c’est se sentir seul même lorsqu’il y a des gens, ne jamais se sentir à la hauteur, c’est pour certains avoir des idées suicidaires, ressentir une tristesse permanente, etc. La dépression, c’est beaucoup, beaucoup de larmes. Essayez de ne pas romancer une maladie et commencez par aimer et porter attention à ceux qui vous entourent, car vous ne savez jamais si les gens à vos côtés vont mal. Et si vous souffrez vraiment d’une dépression, sachez qu’avoir un partenaire amoureux ne règlera pas toujours vos problèmes. La dépression ne part malheureusement pas après un simple câlin ou baiser. Sachez que d’autres personnes en sont atteintes et que vous n’êtes pas seuls.

 

Soyez fiers de vous lorsque vous réussissez à vous lever le matin, lorsque vous souriez, lorsque vous allez au travail ou à l’école, car chaque jour vous offre une nouvelle chance vers le chemin du rétablissement. Rappelez-vous que ce n’est pas parce que vous êtes triste aujourd’hui que demain ne peut pas être un jour meilleur. Vous trouverez votre âme sœur un jour, vous ferez des vœux lorsque vous verrez des étoiles filantes, vous ramasserez des coquillages sur la plage, vous allez rire, vous allez pleurer, mais un jour, les choses vont s’améliorer. 

 

Eva

Eva Rodrigues

Bonjour, je m’appelle Eva Rodrigues et j’ai 15 ans, bientôt 16. Je suis en 4e secondaire en math et science enrichies. Je suis quelqu’un d’assez réservée, mais qui aime énormément exprimer son opinion, ce qui peut donc parfois créer un problème. Je fais part de celui-ci aux gens proches de moi, comme mes parents ou mes amis, mais je m’exprime aussi beaucoup à travers l’art et l’écriture. Pour moi, écrire, c’est une façon de se manifester. Quand les mots n’arrivent pas à sortir en vrai, je les écris. Quand je commence, je ne peux plus m’arrêter.